Vitrail marin

« Du plus profond de l’océan abyssall’Homme-cétacé s’élève au dessus de  la surface 

et devientpar une métamorphose douloureuse,vitrail-lumière pour s’accorder enfin 

sur la fréquence originelle. »

 

Les fonds marins et leurs habitants évoquent l’origine de l’Homme.

Cette pièce décrit le passage, la métamorphose de l’état de poisson à celui de mammifère,

puis celui d’humain à un être encore inconnu qui pourrait, par une dématérialisation numérique, 

devenir un pur esprit lumineux.

La fin évoque un « accord » idéal sur une fréquence d’octave parfaite, comme l’aboutissement de l’évolution des espèces.

 

Le matériau utilisé ici est fait d’une part d’enregistrements de fonds marins et de chants de cétacés, de transformations électroacoustiques et de sons purs d’Onde Martenot superposés comme un choral de fréquences inharmoniques.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Arrieus